Thailand’s Football-Crazed Fishermen and the Floating Pitch

Thailand’s Football-Crazed Fishermen and the Floating Pitch
ArticlesBlog


Quelles sont les difficultés quand on joue sur un terrain comme celui-ci ? La Thaïlande est peut-être un pays émergent sur la scène internationale
du football mais ce sport s’est beaucoup développé au cours des 30 dernières années Il n’existe nulle part ailleurs un meilleur endroit pour jouer que la petite île de Koh Panyi,
dans le parc national de Phang Nga situé dans le sud de la Thaïlande. En voyageant à travers le pays, il était difficile d’imaginer que quelqu’un puisse jouer au football dans ces paysages. Le village de Ko Panyi a été construit sur pilotis par des colons indonésiens
au 18e siècle. Les trois piliers de la vie de ces gens sont la religion, la pêche et le football. Nous sommes arrivés à Ko Panyi quelques jours avant le match le plus important de l’année entre les insulaires et leurs plus anciens rivaux du continent. Pour en savoir plus sur cette rivalité et sur l’histoire du football dans cette île lointaine, nous avons rencontré Mr. Prasit, l’un des fondateurs du Ko Panyi FC. Comment ça va ? Je suis Mr. Prasit. Je suis né ici. Je suis le chef de cette communauté. Combien de personnes vivent dans ce village ? 1 700 personnes vivent sur l’île. Comment le football est-il arrivé à Ko Panyi? Quand nous avons commencé à jouer au football pour la première fois nous avions l’habitude de jouer sur la plage. Lorsque notre communauté a grandi, nous avions besoin de construire plus de maisons et du coup nous ne pouvions plus jouer sur les plages. Quand on a vu que les habitants utilisaient des radeaux pour pêcher, nous avons eu l’idée de construire un terrain avec le même concept. et nous avons pu jouer aussi bien à marée haute qu’à marée basse. Mr. Prasit et ses amis ont construit le premier terrain de football flottant, avec des morceaux de bois dans les années 80. Depuis, il a été reconstruit et amélioré plusieurs fois. L’ancienne structure était similaire à celle-ci. Mais c’était un terrain tout en bois. Nous avions l’habitude de jouer pieds nus. Parfois, on s’esquintait les pieds avec des clous. Si on saignait ou s’il faisait trop chaud, on sautait dans l’eau. Qu’est-ce que les gens de l’île ont pensé quand vous leur avez dit que vous vouliez construire un terrain flottant ? Ils ont pensé qu’on était fou. Quand on a commencé à élargir le terrain, les villageois ont commencé à nous remarquer. Ce qui était au début une idée folle a finalement transformé Ko Panyi ces 30 dernières années. L’amour du jeu a traversé les générations et l’obsession des gens pour le football a fait connaître Ko Panyi partout dans le monde. Depuis, ils ont construit un terrain permanent, et l’équipe s’y entraîne tous les après-midis. Ici, nous allons jouer contre Star War. C’est la meilleure équipe de la région de Phang Nga. On a déjà joué 20 matches contre Star War. On a seulement gagné cinq matches. On espère vraiment gagner cette fois. Ce sera donc un match difficile ?
Oui. L’intensité des entraînements montre l’importance que revêt ce match, comme, par exemple, les séances physiques quotidiennes qui ont lieu
sur ce terrain. Ils font aussi des entraînements techniques sur le terrain flottant. Ce terrain est différent de l’autre. Parfois on se prend des vagues alors qu’on est en train de jouer. Il faut avoir le contrôle de son corps et de ses gestes. Si on joue ou on s’entraîne et que le ballon tombe dans l’eau, c’est un problème. On doit construire une clôture. Le lendemain matin, nous avons participé à une séance physique des joueurs de Panyi sur une plage non loin de Ko Panyi. Lorsque la marée est basse, on navigue jusqu’au banc de sable et on s’entraîne là. Je suis sur le banc de sable, qui est le berceau du football de Koh Panyi. Ils jouaient ici avant de construire le terrain flottant et vous pouvez voir pourquoi ils l’ont construit. Ce sont des conditions difficiles. Ils doivent se battre contre plusieurs éléments. Le premier est le soleil brûlant. Le terrain est incroyablement inégal. Et bien sûr, ils sont de bien meilleurs joueurs que moi. Dans les entraînements et dans la préparation des compétitions, ils se donnent à 100 %, mais doivent donner 200 %. On doit faire deux fois plus d’efforts. Ce n’est pas facile pour les footballeurs de Koh Panyi, mais tout ça les rend plus déterminés. Deux joueurs qui ont grandi à Ko Panyi, Palm et Watcharapong,
sont devenus professionnels. Et comme Mr. Prasit l’a mentionné,
Ils reviennent pour assister au grand match. Nous les rencontrons au stade Phang Nga qui est sur le continent. C’est un plaisir de vous rencontrer. Palm, comment s’est passée ton enfance à Ko Panyi ? C’est merveilleux de grandir sur une île habitée par une petite communauté Je n’étais pas un garçon comme les autres, jusqu’à ce que je découvre le football, j’en suis devenu fou. J’ai vu Mr. Prasit jouer quand j’étais petit, ça m’a donné envie d’être comme lui. Aujourd’hui, je suis ce que je suis grâce au football. Les gens disent que nous n’avons même pas un terrain sur lequel jouer. Comment peut-on jouer bien jouer au football ? Cette pression nous a donné la force de démontrer que, nous, une petite communauté, pouvons rivaliser avec les autres. Aujourd’hui, c’est jour de match à Ko Panyi. L’équipe du Star War fait le voyage depuis le continent et c’est à coup sûr un grand événement sur toute l’île. Je joue attaquant pour l’équipe du Star War. Je pense que le résultat sera le même que d’habitude. Le Star War est meilleur Tous les gens de notre communauté seront là pour voir le match. Tout le monde, les jeunes et les adultes. Ils seront tous contents de voir le match. Nous devons gagner car nous jouons à domicile. Ça va être un match très intense. Après avoir attendu si longtemps ce match, Qui selon vous va gagner ce match ? Panyi doit être le vainqueur. J’ai derrière moi les deux équipes qui s’échauffent,
le match est sur le point de commencer. Les joueurs du Star War
sont en noir. Et le Panyi FC jouent en orange et blanc. Je crois que ça va être un match très équilibré et disputé. Mais je parie sur les insulaires. Bonne chance.
Oh, merci beaucoup. Les deux équipes ont commencé le match avec intensité et il y a beaucoup d’occasions de buts. Le Star War prend l’avantage. Panyi se bat et inscrit quatre buts consécutifs. L’un d’eux est une belle action en solo de Watcharapong. Mais à la dernière minute, Star War marque sur un ballon dévié et les deux équipes se quittent
sur un résultat nul mérité. Avant, on se détestait mutuellement. Aujourd’hui, le Star War et nous nous sommes amis. D’ennemis à amis… Je suis fier de ce que j’ai fait. Mon rêve de construire un terrain
flottant est devenu réalité et c’est l’identité des habitants de Panyi et du Panyi FC. Football ! Je l’aime. Il rend les choses plus inspirantes et excitantes. Ça montre que les gens de Koh Panyi ont des compétences et du talent. J’essaie de faire des choses que des gens croient impossibles à faire. Et ensuite je rend l’impossible possible.

58 thoughts on “Thailand’s Football-Crazed Fishermen and the Floating Pitch

  1. I wanna play on that pitch one day! I love how football and it's culture are a quick way to connect und unite people from all over the world.

  2. Amazing I'm Laotian and i am 13…my parents lived in thailand and i love the sport…glad to see Thailand is making a rise in soccer

  3. Or, you know, water polo… How about someone get's these guys a long stick or a little dingy to ride out to the ball. The foot rot is killin' em.

  4. I would love to do that would fit right in with my passion of travel and sports!!! might head there after my muay Thai boxing.. for a quick game 😀

  5. HI!i'm CTS reporter from Taiwan.we are interested in this video!we want to ask that may we use this video? we will mark out the source!thank you very much!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *